Les plantes du printemps 1

Les plantes du printemps 1

 

Nous avons échangé ensemble quelques conseils et habitudes pour profiter pleinement du renouveau du printemps (lire ici).

Pour nettoyer en douceur notre organisme, « la Nature a tout prévu », et la votre aussi 🙂

Le foie est au centre de cette saison.

Voici quelques plantes médicinales qui peuvent le soutenir et l’équilibrer, chacune à leur manière.

Comme à chaque description, nous gardons en tête que l’utilisation des plantes demandent certaines vérifications, car elles peuvent présenter des contre-indications. 

Pensez à demander conseils à votre médecin, pharmacien, ou phytothérapeute avant de commencer une cure.

Commençons par quelques plantes qui protègent le foie.

 

1- Le Chardon Marie (Silybum marianum L.) :

Parties utilisées : feuilles, semences ou bourgeons

Aussi appelé chardon argenté ou artichaut sauvage, son nom est inspiré d’une légende médiévale. La Vierge Marie, fuyant avec son fils la violence d’Herode, aurait tâché les feuilles de chardon du lait de son sein.

De la famille des asteraceae, le chardon Marie est un allié pour la détoxification du foie. Il  stimule la production de bile par le foie, prévient les lithiases biliaires, les cirrhoses et insuffisances hépatiques.

La Silymarine qu’il contient lui permet de protéger le foie des toxiques, en limitant leur absorption (alcool, toxines, produits chimiques…), et accompagne sa régénération.

Le chardon est hypertenseur grâce à son action sur les surrénales et les reins.

Les contre-indications : 

Les personnes allergiques aux asteracées, femme enceinte, enfant de moins de 18 ans, et en cas de calculs biliaires.

2- Le Desmodium (Desmodium adscendens Sw.)

Parties utilisées : tiges, feuilles ou bourgeons

De la famille des fabacées, le desmodium est un excellent protecteur du foie, notamment en cas d’alcoolisme, de consommation de substances médicamenteuses.

Il a des propriétés anti-allergiques et antispasmodiques.

 Différentes études ont montré son action sur l’asthme (Center for Scientific research into plant médecine au Ghana), en limitant la libération des spasmogènes, qui contractent les poumons lors d’une crise.

Il agit aussi sur l’hépatite toxique, les migraines, l’épilepsie…

Le desmodium permet la diminution des transaminases.

Il ne présente pas de contre-indication, mais il est important de respecter les doses conseillées. De même, son usage est à encadrer en cas de grossesse et allaitement.

N’hésitez pas à demander conseil à votre médecin, pharmacien ou phytothérapeute.

 

3- Le Romarin (Rosmarinus officinalis L.)

Parties utilisées : feuilles et sommités fleuries

Le romarin, originaire du bassin méditérranéen, est récolté dès le printemps.

Il est utilisé sous différentes formes : frais ou sec en infusion, en huile essentielle, hydrolat, macération de bourgeons, cataplasmes…

Ses jeunes pousses sont les plus efficaces pour protéger le foie.

Le romarin est très sollicité pour son action anti-oxydante également, et tonique en cas de fatigue nerveuse, dépression… 

Il apaise les spasmes musculaires, et est un allié pour le coeur par son action tonicardiaque.

Dans le bain, ses bienfaits anti-inflammatoires calment les douleurs articulaires et musculaires (50g infusé 15 minutes).

Et son huile essentielle?

On le retrouve sous 3 compositions différentes : 

  • Romarin CT Camphre pour ses bienfaits sur les muscles, tendons et la circulation : lumbago, contractures, tendinites, rhumatismes, jambes lourdes….
  • Romarin CT verbénone pour son action sur le foie : drainage, douleurs biliaires, migraines hépatiques, mauvaise haleine, fatigue nerveuse, mémoire, ménopause…
  • Romarin CT 1,8 cinéole pour son action sur les poumons et sphère ORL : bronchite, sinusite, otite, douleurs tête, stimulant de la concentration…

Contre-indications

Le romarin est contre-indiqué pour la femme enceinte, lors de l’allaitement, pour les enfants de moins de 7 ans, en cas de calculs biliaires.

Idem pour l’huile essentielle où s’ajoutent l’épilepsie, l’asthme.

Elle est contre-indiquée pour les personnes âgées.

4- Le Chrysanthellum (Chrysanthellum indicum DC)

Partie utilisée : plante entière

Hepatoprotecteur, le chrysanthellume traite aussi les excès de cholesterol et triglycérides. Son action permet de renforcer la microcirculation et la qualité des vaisseaux.

Il accompagne les digestions difficiles par son action cholérétique et cholagogue : il stimule le foie et la vésicule, et améliore production de bile.

Il facilite les fonctions d’élimination par les reins, prévient les lithiases rénales et biliaires, et apaise les écoulements de la sphère ORL.

 Le chrysanthellum est également consommé pour ses qualités anti-oxydantes et anti-radicalaires.

Il ne présente pas de contre-indication, mais sa consommation nécessite des pauses thérapeutiques, comme pour chaque plante.

Consultez vos spécialistes, médecins, pharmaciens, phytothérapeutes.

Parmi les plantes protectrices du foie, nous retrouvons aussi le curcuma, la carotte (He et frais), le citron (frais, He), phyllanthus… Nous aurons l’occasion de parler de leurs bienfaits lors de prochains articles.

 

A suivre : Les Plantes qui drainent le foie.

Sources : Dr JM Morel, Dr Valnet, Claudie Bourry, Laurence Lebrun, Dr J Fleurentin